Commerce international : le nouveau portail SME Internationalisation

Vous souhaitez faire des affaires avec l’étranger, créer des partenariats, vendre, acheter, investir ? La Commission Européenne a mis en place un portail dédié au commerce international, accessible en ligne, le portail SME Internationalisation. L’objectif est de recenser les centres de ressources, d’origine institutionnelle, destinés à apporter de l’aide et du support aux PME ou PMI de l’Union européenne qui souhaitent se lancer dans le commerce international et se développer hors de l’Union.

Le portail liste ces organismes institutionnels, donne leurs coordonnées et indique le type d’aide apportée. En l’état, les pays concernés sont, pour ne citer que les zones les plus vastes, les pays de l’Union européenne et de l’Amérique du Nord, le Brésil, le Mexique, la Russie, la Chine, le Japon, l’Inde, l’Australie et l’Afrique du Sud.

A titre d’exemple, les ressources d’origine française proviennent du réseau des Chambres de commerce et d’Industrie (CCI), de Bpifrance, etc. Elles sont mutualisées avec les ressources de leurs homologues étrangers.

Le portail permet de filtrer les ressources selon des critères tels que les pays concernés par l’opération ou le type de lien recherché à l’étranger (exporter, importer, mettre en place une coopération technique, rechercher ou devenir un partenaire commercial, investir).

Commerce international

Vous faites du commerce international ? N’oubliez pas de vous protéger en signant le contrat approprié

Ainsi, l’entrepreneur aura connaissance des services offerts par l’ensemble des organismes institutionnels en Europe et sur les marchés étrangers visés et s’épargnera des heures de recherche sur internet. Cela n’est pas négligeable pour les entreprises du secteur des dispositifs médicaux, qui interviennent dans ce domaine des produits de santé où la part du commerce international est forte.

Ce portail s’ajoute au portail européen à destination des PME lui aussi mis en place par la Commission Européenne, qui fourmille d’informations techniques, notamment dans sa base de données sur l’accès au marché (BDAM) relative aux modalités d’import dans les pays tiers à l’Union européenne.

Ces ressources institutionnelles ne dispenseront pas l’entreprise, dès l’origine de son projet de commerce international, de penser à la formalisation juridique de sa relation avec son correspondant étranger : il est encore plus important dans le domaine du commerce international de disposer d’un contrat écrit et signé qui clarifiera les relations entre les parties et qui décidera, en cas de litige, de la loi applicable ou de la juridiction compétente.

A cette fin, un accompagnement spécialisé d’un avocat s’impose car les pièges dans un contrat international sont nombreux. Et l’investissement initial sera vite amorti dès la moindre interrogation sur la consistance des accords avec le partenaire étranger.

Quoi qu’il en soit, le Cabinet Barbey est là pour vous accompagner dans vos projets de commerce international.